a

Comment se confesser ?  

Quelques conseils donnés par Henri CALDERI, Pardon, source de vie - Pourquoi et comment se confesser, Ed° Saint-Paul, Paris, 1992, 79 pages, p.51-57   

Un danger guette la confession fréquente : la routine.  Il arrive alors qu'on se décourage parce qu'on ne sait plus quoi dire.  On a l'impression de toujours répéter les mêmes choses et que ça ne change rien.  Et pourtant, la confession fréquente est indispensable au chrétien qui veut suivre le Christ de près, approfondir sa vie en Dieu et son amour fraternel. Pour qu'elle soit profitable au maximum, permettez-moi de vous suggérer quelques conseils pratiques pour un renouveau de ce sacrement dans votre vie. Je ne vous indique pas une méthode, mais un esprit qui vous permette de vous ouvrir au maximum au don de Dieu.  

1. Avant de vous mettre à examiner votre conscience, commencez par prier l'Esprit Saint et contemplez longuement l'Amour du Père.  Se confesser ne consiste pas d'abord à apporter des péchés à Dieu, mais c'est, avant toute chose, aller à la rencontre d'un Père qui nous aime et qui nous attend. C'est lui apporter toute notre vie, ce qu'il y a de bon et ce qu'il y a de mauvais.  Regardons Marie-Madeleine: «Parce qu'elle a montré beaucoup d'amour, ses nombreux péchés lui sont remis.» (Lc 7, 47). Elle est pardonnée, non parce qu'elle a fait une accusation parfaite de tous ses péchés, mais parce qu'elle a beaucoup aimé. Avant de faire la comptabilité de nos péchés, prenons donc le temps de nous laisser aimer par Dieu et laissons notre cœur se remplir de confiance et d'amour envers Lui.  

2. Quand cela est fait, examinez simplement votre conscience, soit en vous servant d'un examen de conscience, soit en prenant l'un des textes bibliques (Les 10 commandements, ou la Parole de Jésus).  Confrontez votre vie aux exigences de l'Evangile.  Lisez ce texte, réfléchissez, priez et vous découvrirez petit à petit ce qu'il y a à changer dans votre vie et dans votre comportement.  Et quand vous irez vous réconcilier, si le prêtre en a la possibilité, lisez ensemble le texte biblique que vous avez choisi comme base d'examen de conscience.  Partagez cet évangile avec lui, faites votre confession et continuez votre action de grâce après la Réconciliation, en vous servant de ce texte.  

3.  Voici encore une suggestion qui semble très utile à plusieurs.  Comme on ne vit pas avec ses péchés, il arrive souvent qu'au moment où on désire s'en confesser, on ne s'en rappelle plus.  Pour pallier cette difficulté, beaucoup de chrétiens ont pris l'habitude de mettre par écrit, jour après jour, les fautes principales qu'ils découvrent dans leur vie.  Je pense que c'est là un excellent moyen.  Quand vous irez vous confesser, il ne vous restera plus qu'à prendre votre papier et à partager simplement votre vie pour la mettre tout entière dans la miséricorde du Père.  

4.   Il faut faire confiance à Dieu. Nos péchés ne l'intéressent pas. Ce qui compte pour lui, c'est l'amour qu'il y a dans notre cœur. Il est plus important de croire à sa Miséricorde qui pardonne tout et qui va même jusqu'à payer nos dettes, que d'avoir la certitude que nous avons tout dit. Tout ce qu'on a désiré mettre dans son pardon est pardonné, même si on a oublié quelque chose.  Quand Dieu pardonne et qu'on a voulu tout lui dire, tout est pardonné.  Ce que Dieu ne pardonne pas, c'est ce qu'on lui cache volontairement. Alors rien n'est pardonné.  

5.   Il est bon de prier pour le prêtre qui sera l'intermédiaire de votre réconciliation et demandez-lui aussi de prier avec vous. Le prêtre, au moment où il pardonne, participe à la paternité de Dieu. N'ayez pas peur de faire appel à cette paternité et il sera sans aucun doute pour vous un instrument merveilleux au service de l'Esprit Saint.  

6.   Quand on se confesse fréquemment, pour éviter que toutes nos confessions soient identiques et pour que notre conversion soit réelle et efficace, il est nécessaire de prendre une résolution, un point précis sur lequel on va porter son effort de conversion. Dans la confession suivante, on demandera d'abord pardon pour les manquements que l'on a constatés sur ce point précis et ensuite pour toutes les autres fautes volontaires dont on est conscient au moment où l'on se confesse. Si. on ne prend pas un point précis, on reste dans le vague et on ne progresse pas. Ce point me paraît très important. C'est souvent l'occasion de réparer et de croître dans une vie chrétienne plus authentique. Soyez réguliers dans vos réconciliations.                                                              Lire la suite

 
 
 
 
 
 
 

 

Page du site de la paroisse Saint Pierre du Maine : accéder au sommaire