haut

 

 

 

 

 

 

 

 
 

cliquer pour agrandir

L'un des magnifiques vitraux de l'église de St Charles la Forêt

 

HIER

Des vingt anciennes paroisse regroupées sous le vocable de St Pierre du Maine, St Charles est la plus récente.

Née du défrichement de cette partie de l’ancienne forêt de Bouère, qui subsistait entre Grez en Bouère et Meslay du Maine, elle garde le souvenir de ses origines au travers d’une toponymie caractéristique : la Fontelaie, la Chenaie, le Chataigner, comme au travers du nom de ses plus anciennes familles : Abafour, Bucher, etc...

En témoignent également, ces ronds noirs que révèlent chaque année les labours, marque indélébile des culs de four des charbonniers de jadis.

 Cette population au particularisme intransigeant, refusa toujours et de façon parfois expéditive, toutes annexions par les paroisses voisines, lesquelles se vengèrent en imaginant ce dicton : « A Saint Charles, les chênes sont gélifs, les vaches ont petit train et le monde est équeigné. »

En désespoir de cause, ce territoire fut érigé en paroisse St Charles de la Trémoille, Seigneur de Laval, qui lui conféra son propre patronyme.

L’église fut bénite le 29 mai 1689 ainsi que le cimetière qui l’entourait.

Un siècle et demi plus tard, menaçant de ruine, elle fut restaurée sur les directions de Mgr Bouvier, évêque du Mans, lui-même natif de St Charles. La paroisse comptait alors (1841), 544 habitants ; les terres n’étaient pas très riches, et à côté des pâturages et des cultures d’avoine et de méteil, on trouvait encore beaucoup de landes.

St Charles qui vécut une période tragique au moment de la révolution, fut épargné par la guerre de 1870, mais lourdement éprouvé par celle de 1914-1918, dont 18 de ses enfants ne revinrent jamais. Depuis le départ, en 1965 du dernier prêtre résident, Mr l’abbé Frétigné, le clocher reste silencieux, sauf en deux circonstances : les Rameaux et la Toussaint, qui rassemblent ici tous ceux qui restent fidèles au souvenir de leurs défunts, malgré la fermeture récente et provisoire espérons-le, de l’église où ils furent baptisés.

Aujourd'hui

L’activité paroissiale y reste cependant assurée de façon permanente grâce à l’équipe du service de proximité. Le service pastoral de proximité est à votre disposition pour tous renseignements

De nos jours, sous l’impulsion de Mr CORGNET ancien instituteur et maire jusqu’à son décès en 1998, la commune a joué la carte du tourisme, équipée d’une piscine, de 2 plans d’eau, d’un bois de 10 ha, de 2 salles de loisirs et d’une vingtaine de bungalow. Elle accueille chaque année de nombreux et fidèles vacanciers.

Dans le bourg, un bar-restaurant, avec dépôt de pain et d’épicerie, réinstallé dans un fond acquis et aménagé par la municipalité, connaît une franche réussite.

La population, jusque là en constante régression, est remontée à quelques 195 habitants, et les maître-mots de l’actuelle équipe dirigeante sont : animation et convivialité.

 

Un aperçu de l'église de Saint Charles la Forêt depuis la route de Longuefuye

 

Devant de l'autel actuel panneau 1

Monseigneur Jean-Baptiste BOUVIER évêque du Mans de 1833 à 1854 est né à St Charles la Forêt où il y vécut jusqu'à 10 ans. Il offrit l'autel sur laquelle on peut lire encore son geste envers son pays natal.
 
 

Devant de l'autel actuel panneau 2